Le chat qui volait une banque


La petite ville tranquille de Pickax est en ébullition : son vieil hôtel restauré s’apprête à ouvrir ses portes dans le cadre du Festival Mark Twain. Un gros client est attendu, le très charmant joaillier Delacamp. Le journaliste Qwilleran, figure emblématique du comté, s’amuse des papotages de ces dames qui, endimanchées, assistent à la soirée inaugurale d’ouverture. D’ailleurs, ses chats siamois Koko et Yom-Yom semblent du même avis en participant avec dédain à toutes ces effusions. Mais Delacamp est retrouvé assassiné dans son lit. Les dons exceptionnels de Koko suppléeront ceux du journaliste dont l’intérêt va se porter sur un certain Boze Campbell et une histoire vieille de vingt ans.

Mon avis : Livre rapidement lu. J’ai passé un moment agréable, mais sans plus. Bien entendu on se pose des tas de questions pendant cette enquête, mais rien de très original. Je retenterais malgré tout de lire d’autres livres de cet auteur.


Entrez votre commentaire ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s