L’élègance du hérisson


 

« Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision: à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. « 

Mon avis : J’ai plus ou moins aimé ce livre. Dans un premier temps, je m’ennuyais et je n’étais pas certaine d’aller jusqu’au bout.
Puis peu à peu, j’ai compris qu’il ne s’agissait pas d’une histoire mais plutôt d’une réflexion sur l’intelligence et sur la relation entre les pauvres et les riches.
L’auteur utilise des termes plutôt acides, un style parfois grinçant, ce qui peut déplaire à plus d’un lecteur.

Roman très bien écrit avec finesse et subtilité, mais qui ne restera pas pour moi extraordinaire et inoubliable.


Une réflexion sur “L’élègance du hérisson

Entrez votre commentaire ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s