La forêt des ombres


la-foret-des-ombres

Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans: ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre.
Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d’un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d’argent.
Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail.
Mais il est des fantômes que l’on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige…

Mon avis : Voilà, j’ai fini il y a quelques heures mon second livre de Franck Thilliez et c’est encore avec beaucoup de plaisir que j’ai parcouru chaque ligne. Dans ma PAL depuis plusieurs mois, je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt…

De par sa plume, l’auteur a su jouer avec mes sentiments. Un sentiment d’oppression, de peur, de dégoût, de tristesse, que sais-je encore ? mais aussi de la curiosité éveillée par des détails qui ont toute leur importance.

David Miller est thanatopracteur, auteur et pour cette raison il est sollicité par un paraplégique nommé Arthur Doffre. Cet homme, un personnage hideux avec des idées un peu gores lui demande d’écrire un livre dans lequel il souhaite assouvir son fantasme : être mis dans la peau du Bourreau 125 pour le scénario…

Souhaitant passer quelques jours au vert qui lui permettront peut être de propulser sa carrière d’écrivain, David Miller, accepte la proposition de Doffre. A cela s’ajoute, un autre personnage qui vient entacher sa vie de famille, voir la détruire en le harcelant par des mails, des lettres. Mais je ne vous en dirais pas plus à ce sujet.

Alors au cœur de la Forêt-Noire, un  engrenage se met en place et plus rien ne l’arrête. Cet espace sauvage propice à des événements étranges, sème le doute sur chacun des personnages. Qui est l’auteur de tant d’aversion ? Pour David et sa famille, c’est le début d’un cauchemar…

Ce livre est un vrai « Page-turner », addictif à souhait, j’y ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Sur la fin (40, 50 dernières pages) il y a une ferveur, un rythme haletant qui nous submerge.

A un cheveu du coup de cœur, j’aurais aimé une autre fin que celle proposé par l’auteur même si celle-ci est plausible.

Une réflexion sur “La forêt des ombres

Entrez votre commentaire ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s