Peur Noire


peur-noire

 

Alors que sa vie professionnelle comme agent sportif semble piétiner, et que son père se remet non sans mal d’un infarctus, Myron Bolitar est brutalement précipité dans une affaire dont il se serait bien passé.

Son ex-petite amie, Emily Downing, qui l’avait plaqué pour aller épouser son pire ennemi, resurgit dans sa vie en réclamant son aide : elle a un fils de 13 ans atteint de l’anémie de Fanconi. Seule une greffe de moelle osseuse pourrait désormais le sauver. Sauf que le donneur compatible inscrit au fichier est introuvable. Pire, il semble vouloir se cacher. De qui ? Pour quelle raison ?

Flanqué de sa garde rapprochée, Myron Bolitar plonge au cœur d’une histoire familiale sombre et vénéneuse, qui l’implique de manière très… personnelle.

******************************************************************

Mon avis : Dans un 1er temps, l’histoire nous paraît très très simple. Mais l’on constate rapidement que ce n’est pas le cas.

Myron Bolitar voit débarquer dans sa vie son ex-petite amie, Emily Dowing. Elle vient lui demander de l’aide et non des moindres. Le fils de cette dernière est atteint de « l’anémie de Fanconi » et seule une greffe de moelle osseuse pourrait le sauver. Mais le donneur potentiel est introuvable et sachant qu’un rejet de la greffe est possible, le petit Jeremy Dowing n’a que très peu de temps pour être sauver.

A partir de là, commence une course contre la montre. Qui est ce donneur ? Où se trouve-t-il ?  Pourquoi demander de l’aide à Bolitar et pas quelqu’un autre ?

En conclusion, j’ai trouvé l’intrigue bien menée malgré quelques longueurs. Mais je n’ai pas pour autant décroché de cette enquête haletante. Avec beaucoup d’action et de rebondissement, Harlan Coben sait tenir ses lecteurs en haleine. Par contre, j’aurais voulu que l’auteur mette le personnage secondaire « Win » plus en avant car il a toute son importance dans cette enquête. Ici, il ne sert qu’à exprimer les pulsions sadiques et criminelles de Bolitar.

Le dénouement n’est pas décevant, mais il faut attendre la dernière page pour le connaître.

Petit Bémol : je regrette de ne pas avoir découvert Myron Bolitar plus tôt ! Car il faut noter que cet opus est l’une des dernières enquêtes de cet agent sportif. Donc il ne me reste plus qu’à dénicher les enquêtes précédentes.

3 réflexions sur “Peur Noire

Entrez votre commentaire ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s