Absolution par le meurtre


En l’an de grâce 664, tandis que les membres du haut clergé débattent en l’abbaye de Streoneshalh des mérites opposés des Eglises romaine et celtique, les esprits s’échauffent.
C’est dans ce climat menaçant qu’une abbesse irlandaise est retrouvée assassinée. Amie de la victime, soeur Fidelma de Kildare va mettre tout son talent et obstination à débusquer le coupable. Jeune femme libre et volontaire, Fidelma n’est pas une religieuse tout à fait comme les autres… Avocate irlandaise célèbre dans tous les royaumes saxons, elle sillonne l’Europe pour résoudre les énigmes les plus
obscures en compagnie du moine Eadulf. Dans cette première enquête, leur collaboration sera mise à rude épreuve tandis que les meurtres se multiplient à l’abbaye.

 

Absolution

 

Mon avis : J’ai eu besoin de bien peu de chose pour me convaincre de lire ce roman. Il m’a seulement fallut lire « Irlande » sur la 4ème de couverture. Depuis quelque temps, je m’intéresse à ce pays. Allez savoir « Pourquoi ? ».
Pourtant dans cette histoire l’Irlande n’est pas mise à l’honneur et même si c’est une petite déception, j’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie des deux personnages principaux. Je les ai trouvés forts intéressants.

Fidelma, religieuse et avocate irlandaise, est convoquée par le roi Oswy dont l’objectif est de décider de l’avenir de la chrétienté dans la région. Faut-il se rallier aux pratiques de l’Eglise Celtique ou se rallier à celles de l’Eglise Romaine ?
Elle se rend donc au synode (Assemblée de Prélats chrétiens) qui a lieu à l’abbaye de Stroeneshalh au nord de l’Angleterre.
Mais les débats n’ont pas encore commencé que l’abbesse irlandaise Etain de Kildare, celle-là même qui défendait la cause du camp celtique et amie de Fidelma est retrouvée morte.

Le roi Oswy fait donc appel aux services de soeur Fidelma pour retrouver le meurtrier.
Mais pour ne pas heurter certains croyants, il lui associe Frère Eadulf, un jeune moine partisan du camp romain. Ils vont donc mener une enquête qui sera d’autant plus difficile car une série de crimes va se poursuivre.

Après un début plutôt laborieux et quelques difficultés avec des patronymes imprononçable et les divers peuples de la région, j’étais complétement égarée dans ce royaume du VIIème siècle. Cette multitude d’information peut rendre ardu le début la lecture. Mais grâce à Peter Tremayne, j’ai passé un agréable moment à suivre cette enquête plutôt classique de Fidelma et du moine Eadulf. J’ai beaucoup aimé leur duo et même s’il n’est pas encore question d’une histoire d’amour entre eux, elle est assez prévisible.

L’auteur a su rendre ses personnages très réels avec certaines émotions. Il nous propose aussi une héroïne vulnérable, mais très déterminée. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé son personnage, même si au départ elle nous semble un peu froide.
Quant à Eadulf, il fait preuve d’une humilité et d’une grande sensibilité, ce qui n’est pas forcément le cas dans d’autres roman de ce genre.

Et même si ça n’a pas été un coup de coeur, j’aurais plaisir à les retrouver dans une autre enquête. Car si mes informations sont justes, celui-ci est le 1er d’une série qui compte aujourd’hui vingt-sept titres, dont Maître des âmes, lauréat du prix Historia du roman policier historique 2010.

Entrez votre commentaire ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s