Le jour avant le bonheur


Nous sommes dans l’immédiat après-guerre.
Un jeune orphelin, qui devient plus tard le narrateur, vit sous la protection d’un concierge, Don Gaetano. Ce dernier est un homme généreux, attaché au bien-être du petit garçon qui grandit à ses côtés. Il lui apprend à jouer aux cartes, lui montre comment se rendre utile en effectuant des menus travaux.
Mais Don Gaetano possède un autre don : il lit dans les pensées des gens.
Il sait pas conséquent que son protégé reste hanté par l’image d’une jeune fille entraperçue au hasard, un jour, derrière une vitre au troisièmes étage.

Dans la veine de Montedidio, Erri De Luca nous offre un roman magistral, un récit d’initiation touché par la grâce.

Le jour avant...

Mon avis : Erri De Luca raconte le parcours initiatique d’un jeune orphelin dans une ville « Naples » qui lui est inconnue. Il aime lire, jouer au football, aller à l’école même s’il fait partie des pauvres. A ses côtés, Don Gaetano, un vieil homme solitaire, orphelin lui aussi, concierge et généreux, lui vient en aide. Guidé par ses conseils, nourri par les livres que lui prête le libraire Don Raimondo, instruit par l’école publique et gratuite, il trouve enfin une famille de coeur. Mais il ignore tout de sa propre histoire et demande à Don Gaetano d’être son « Mentor ». L’homme sage lui enseigne alors la scopa, un jeu de cartes napolitain où il est très doué, lui raconte la guerre, les nazis, les fascistes, le juif qu’il a caché et bien d’autres choses, ainsi que la sexualité. En envoyant son protégé, muni d’une boîte à outils pour dépanner une veuve au sang chaud, il participe à l’éducation sexuelle de celui-ci. Mais le jeune garçon ne peut oublier la petite fille du troisième étage qui le regardait derrière sa fenêtre. Heureusement Don Gaetano n’est jamais bien loin…

« Ce sont des choses qui arrivent le jour avant le bonheur » Mais peut-on connaître ce jour ?

C’est ma première lecture d’Erri De Luca et je suis très satisfaite de celle-ci. Le début de l’histoire est un peu lent et vue la taille du livre, je m’inquiétais. Grosse erreur de ma part, car même si l’histoire est simple, elle n’en reste pas moins bien écrite. Ce récit initiatique est un petit bijou ! Poétique, délicat et drôle à la fois.

Erri De Luca est né à Naples en 1950 dans une famille de la moyenne bourgeoisie. il a fui Naples à dix-huit ans avec sa famille, mais sa ville natale est toujours la toile de fond de chacun de ses romans. Ecrivain, poète, il a été aussi maçon, ouvrier, chauffeur de camion dans des convois humanitaires pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine (1992-1995) dans l’ex-Yougoslavie et apprend même l’hébreu ancien pour traduire la Bible de manière autodidacte.  Avec un parcours atypique et toujours en quête spirituelle, Il a obtenu en 2002 le prix Femina étranger pour son livre Montedidio et le Prix européen de littérature en 2013 ainsi que le Prix Ulysse pour l’ensemble de son œuvre.

Entrez votre commentaire ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s