Le voyageur imprudent


Mon premier voyage après l’accident me ramena au lieu même où il s’était produit. Sous la coupole, dans la lumière des champignons, les débris de chair de mon maître mettaient leurs taches sombres sur l’or roux de la chevelure de la tête coupée. L’expression de celle-ci n’avait pas changé. Les yeux clos, les lèvres enfin calmées esquissaient un sourire de paix totale.

 

IMG_0289

Mon avis : Lorsque j’ai lu pour la première fois , René Barjavel avec Une rose au paradis , ce fut une excellente lecture. Aussi j’ai eu grand plaisir de retrouver sa plume avec « Le voyageur imprudent » et constater que j’aime toujours autant celle-ci.

Dès  les premières pages, j’étais totalement captivée même si Barjavel ne pose que les bases de l’histoire. En 2013, j’avais déjà beaucoup apprécié la fluidité de sa plume. Avec de courts chapitres, ici l’histoire m’a passionné et j’ai trouvé les personnages agréables, intéressants et quelquefois surprenants. (Même si je n’ai pas comprises certaines de leurs réactions). Le parallèle que l’auteur fait entre l’histoire et la réalité est fascinant . Notamment lorsqu’il fait allusion à la dérive humaine. Ce sujet n’est-il pas d’actualité ?

L’écart entre l’imaginaire et la réalité est infime si l’on considère que le progrès d’aujourd’hui était inconcevable il y a moins d’un demi siècle. Une prouesse pour Barjavel qui avait une certaine méfiance par rapport au progrès. Il faut noter que ce roman est le premier où « le paradoxe du grand-père » est évoqué. Qu’est-ce que ce paradoxe ? C’est à dire que si je tue mon grand-père, je ne serai jamais née et du coup je ne peux pas le tuer. Mais si je ne suis jamais venue le tuer, alors je suis née. Paradoxe difficile à assimiler au départ, je vous l’accorde. Monsieur Einstein pourrait nous éclaircir grâce aux équations de la relativité générale. Mais ça, c’est une autre histoire !

Pierre Saint-Menoux, personnage principal, est un professeur de mathématiques. Lors d’une rencontre avec un scientifique nommé Monsieur Essaillon, il découvrira une matière « la noélite » qui permet de voyager dans le temps. En parallèle Pierre et la fille de Mr Essaillon vivront le début d’une histoire un peu compliquée au milieu de ce monde scientifique. Nommée Annette, elle joue un rôle plus en retrait, même s’il a son importance et il en sera de même pour sa servante Philomène. J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié leurs personnages. Par contre, si l’on me demande ce que je n’ai pas aimé dans ce roman, un seul mot me vient à l’esprit : RIEN

Je n’arrive pas à trouver de défaut à cette histoire. Certains me diront que c’est impossible. Alors je leur dirais que le seul point négatif concerne Mr Barjavel en personne. N’était-il pas un peu misogyne ?

Entre poésie, humour noir et métaphysique, cette lecture m’a apporté beaucoup de plaisir. Il est certain que je relirai encore Barjavel qui me laisse avec une interrogation en fin de lecture.

Quelles seraient les conséquences, si l’on pouvait changer le cours de l’histoire ?

 

Une réflexion sur “Le voyageur imprudent

Entrez votre commentaire ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s