Les gratitudes


 » Vous êtes-vous déjà demandé combien de fois dans votre vie vous aviez réellement dit merci ? Un vrai merci. L’expression de votre gratitude, de votre reconnaissance, de votre dette.

A qui ?

On croit toujours qu’on a le temps de dire les choses, et puis soudain c’est trop tard. »

Après Les loyautés, Delphine de Vigan poursuit dans Les Gratitudes son exploration des lois intimes qui nous gouvernent.

Couronnée par de nombreux prix, Delphine de Vigan est notamment l’auteur de Rien ne s’oppose à la nuit et D’après une histoire vraie. Son oeuvre est traduite dans le monde entier.

**********

**********

Après ma dernière lecture, il était tout naturel que je poursuive mes lectures avec « Les Gratitudes » toujours de la même auteure, Delphine de Vigan. Conquise, je voulais de nouveau lire sa plume en souhaitant découvrir cette fois-ci une fin comme il se doit. Je peux d’ores et déjà vous dire que j’ai adoré !

Michka a largué les amarres et ne peut plus rester seule à son domicile. Alors munit de sa petite bouteille de whisky cachée sous son pull, elle part en maison de retraite. Marie, une aide à la personne, est parvenue à lui trouver une place ici où elle sera très bien entourée par le corps médical.

Enfant, Marie venait frapper à sa porte quand personne n’était là pour lui ouvrir celle de l’appartement familial. Il lui arrivait même de dormir chez elle quand sa mère partait pour quelques jours sans la prévenir et cela de plus en plus souvent. Toujours aux petits soins, Michka lui donnait de quoi se nourrir. Mais aujourd’hui c’est au tour de Marie d’apporter un peu de réconfort à Michka, qui peu à peu perd la mémoire et dont le langage est de plus en plus tronqué. Un mot pour un autre, une lettre inappropriée, elle souffre d’Aphasie et voit bien que la mort approche. Et il y a Jérôme, son orthophoniste qui vient chaque jour lui proposer des jeux pour justement conserver un langage adapté.

Puis lors d’une conversation avec Marie, Michka exprime le souhait de vouloir retrouver cette famille qui l’avait accueillie lorsqu’elle était enfant. Sa mère l’avait confié à un jeune couple de mariés, Nicole et Henri Olfinger, pour pouvoir la faire passer en zone libre en cette période de guerre. Ce sont eux qui l’avaient éduqué puisqu’en 1943 il y a eu La Rafle et que ses parents furent déportés.

Lorsque Marie parle à Jérôme de ce souhait inapaisé, il désire alors remplir cette quête que Michka n’aura eue de cesse de réaliser toute sa vie. Elle voulait tant les retrouver avant de tirer sa révérence et partir le cœur léger. Jérôme parviendra-t-il à le réaliser ?

Si ma précédente lecture m’avait laissé sur ma faim, j’avoue que j’ai fini celle-ci avec les larmes aux yeux. Avec le pouvoir et le bon choix des mots, Delphine de Vigan, nous montre à quel point les douleurs de l’enfance nous poursuivent tout au long de notre vie, au point même de ressurgir à quelques jours de la fin. Le thème n’est pas des plus faciles, je vous l’accorde, mais elle y parvient avec simplicité et en fait un texte de toute beauté.

Si l’on doit retenir une seule chose de cette histoire, c’est de savoir dire « Merci« . Ici tous auraient souhaité pouvoir être en accord avec son passé pour être certains d’avoir su aimer, d’avoir su pardonner et d’avoir su dire merci.

Pour ma part, il m’a manqué un petit quelque chose que je n’arrive pas à définir. Il m’a vivement touché, ému et même si je le garderais en mémoire, ce n’est pas un coup de cœur. Par contre, je vous conseille de le lire absolument sans aucune hésitation !

Bonne lecture et à bientôt !

3 réflexions sur “Les gratitudes

Entrez votre commentaire ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s