Ballade Irlandaise


ballade-irlandaiseEdition LIBRIO

Détective privé, John Blaine est séduisant et débrouillard, mais tendre et malheureux en amour. Chargé par un richissime entrepreneur dublinois  de retrouver sa fille évadée, il accomplit sa mission aisément. 

Mais cette jeune fille très attachante ne va pas tarder à lui révéler l’origine de sa fuite et à l’impliquer dans une intrigue familiale obscure et des plus rocambolesque…

Cette ballade policière digne des grands auteurs du genre nous entraîne au coeur de l’Irlande : où un détective privé au service d’un père devient le protecteur de la fille fugueuse. 


Cette série d’ouvrages a été publiée en Irlande à l’initiative de son éditrice Patricia Scanlan avec l’objectif de donner le goût de lire à un large public. Six écrivains irlandais, parmi les plus grands, ont accepté d’écrire des récits sur des sujets spécifiques : l’amour – perdu, retrouvé, interdit-, les conflits familiaux les émotions des supporters de foot irlandais, l’émigration, la vie privée à Dublin. Les droits d’auteur de la série Open Doorpubliée par les éditions New IslandBooks de Dublin, sont reversés à des organisations caritatives. 

          • Roddy DOYLE     « Rendez-vous au pub »
          • Sheila O’FLANAGAN     « Histoire de Maggie »
          • Patricia SCANLAN     « Mauvaises ondes »
          • Deirdre PURCELL     « Jésus et Billy s’en vont à Barcelone »

 


 

 

Mon avis : Cela faisait longtemps que je voulais faire une lecture où l’Irlande est au cœur de l’histoire. Allez savoir pourquoi ….? Un besoin de dépaysement sûrement ! Alors lorsque j’ai vu ce roman sur l’une des étagères de la bibliothèque du village, je me suis jetée dessus. J’espérais y découvrir le pays avec ses paysages côtiers et ses grandes étendues verdoyantes au travers de l’enquête. Mais non, ce n’était pas ça du tout.

Une disparition, une rencontre, des confidences et le tour est joué. Voilà à quoi se résume cette ballade policière ! Je n’ai rien trouvé d’extraordinaire dans le style d’écriture de l’auteur. Même si par moment j’ai souri, c’était plat et je me suis vraiment ennuyée. Heureusement que ce roman ne fait pas plus de 80 pages ! 

Seul point fort : cette nouvelle a été publiée dans le cadre d’un projet éditorial irlandais visant à rassembler des fonds à but caritatif. (Voir explication ci-dessus) 

 

Conclusion : Grosse déception ! 

Puzzle


Accepteriez-vous de mourir… dans un jeu?

Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer à la partie ultime. Celle de ce jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, seulement le nom : Paranoïa.

Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle numéro 1 : Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu.

Suivie, quelques heures plus tard, de la règle numéro 2 : L’un d’entre vous va mourir.

Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, quand Ilan découvre des informations liées à la disparition toujours inexpliquée de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à établir.

Paranoïa peut alors réellement commencer…

Puzzle

Mon avis : Franck Thilliez est un auteur dont je n’ai eu que de bonnes critiques depuis déjà un certain temps. Alors lorsque j’ai vu l’un de ses livres à la bibliothèque, j’ai dit « il me le faut » !

Et c’est comme ça que je me suis lancée dans « Puzzle » même si je sais que ce n’est pas le 1er de ses livres. Dès la première partie j’étais complètement passionnée, collée au livre dès qu’un moment disponible me le permettait. C’est pour vous dire !

L’auteur construit son roman tel un véritable puzzle où chaque pièce s’imbrique les unes aux autres jusqu’à la dernière qui donne une vue d’ensemble de l’œuvre et révèle son mystère. Ce récit est immersif à souhait, les longs couloirs du bâtiment, lieux de toute l’histoire font froid dans le dos avec ce silence glaçant qui les anime.

Entre le monde réel et virtuel, il n’y a qu’un pas à franchir. Ici, on ne sait plus où se trouve le vrai de faux lorsque de grands joueurs sur Internet deviennent les acteurs d’un jeu (ou pas ?), d’où son nom « Paranoïa ». Ce jeu de rôle grandeur nature se déroule dans un hôpital psychiatrique désaffecté, un lieu pas très chaleureux et qui se prête bien à donner au lecteur un sentiment d’insécurité. Oui, mais à la clé de cette chasse au trésor, une très belle somme d’argent !

Ici les personnages sont longs à devenir attachants, mais je trouve cela que mieux pour dérouter le lecteur et laisser du suspens.

Avec un rythme d’enfer et une ambiance des plus angoissantes dans ce lieu clos, j’étais totalement immergée et j’avais l’impression de faire partie de l’histoire. Un truc de dingue que je n’ai jamais connu auparavant.

Je relirais Franck Thilliez avec énormément de plaisir, c’est certain, mais pour l’instant j’ai besoin de lire tout autre chose et un peu moins intense.

Je vous dis à très vite et bonne lecture.

Le concile de Pierre


 

Un enfant venu du bout du monde dont le passé mystérieux resurgit peu à peu. Des tueurs implacables lancés à sa poursuite.

Une femme prête à tout pour le sauver. Même au prix le plus fort.

Un voyage hallucinant jusqu’au cœur de la Taïga mongole. Là où règne la loi du Concile de Pierre : celle du combat originel, quand l’homme, l’animal et l’esprit ne font plus qu’un. Tous prêts à l’apocalypse.

Avec ses deux premiers romans, Jean-Christophe Grangé avait déjà stupéfié jusqu’aux plus grands maîtres américains (plus de 20 traductions dans le monde entier) et provoqué l’enthousiasme des cinéastes : productions internationales et budgets records pour les adaptations des Rivières pourpres et du Vol des cigognes.

Egalement en cours d’adaptation pour le cinéma, Le Concile de pierre va encore plus loin. Il « explose » littéralement les limites du thriller traditionnel.

téléchargement

Mon avis : Après avoir lu et entendu des avis sur cet auteur, j’ai voulu le découvrir à mon tour. Je ne sais pas si j’avais mis la barre trop haute, mais cette découverte n’a pas été au niveau de mes attentes.

Je m’explique : Au départ on découvre Diane Thiberge, une jeune éthologue qui vient d’adopter un petit garçon, Lucien, dans un orphelinat de Thaïlande. Peu de temps après leur retour en France, ils subissent un grave accident. Diane réalise que la ceinture de l’enfant n’était pas bouclée au moment de l’accident. Lucien, lui est plongé dans un profond coma.

Envahie par la culpabilité, c’est alors qu’elle décide de partir pour découvrir les origines ethniques de l’enfant comme elle le pense, mais pas que …

A partir de là, il y a des très belles descriptions sur les paysages mongols, de nombreuses rencontres, mais je trouve dommage qu’on ne puisse pas vraiment apprécier les personnages, car certains d’entre eux meurent très rapidement.

L’histoire est intéressante, bien construite. J’ai trouvé quelques longueurs et me suis ennuyée parfois. Quant à la fin, elle est surprenante et ne correspond pas au reste du livre selon moi.

Malgré ces quelques petits défauts, j’aime la plume de l’auteur et je pense lire d’autres de ses livres à l’avenir.

Le Livre des prophéties


 

1

Après le succès du Livre des morts et du Livre des âmes, la nouvelle aventure de Will Piper.

1297. Depuis plus de cinq siècles, dans les catacombes d’un monastère de l‘île de Wight, des générations de scribes se livrent inlassablement à une mystérieuse activité d’écriture. Des milliers de manuscrits s’accumulent dans la bibliothèque jusqu’au jour où tous les rédacteurs sont retrouvés morts.
2009. Will Piper, agent au FBI, découvre que les manuscrits ont été conservés dans une base secrète du désert du Nevada, la zone 51. Ceux-ci contiennent des prophéties d’un genre très particulier, la dernière d’entre elles concernant le 9 février 2027, date de « La fin des temps ».
2026. À quelques mois de la date fatidique, Will Piper va devoir faire toute la lumière sur les secrets des manuscrits. Quelle est leur origine ? Pourquoi ont-ils été gardés dans l’ombre si longtemps, et par qui ? Qu’est-il vraiment arrivé aux scribes qui les ont rédigés ? Enfin, que doit-il se passer exactement le 9 février 2027 ?

Après La Prophétie des papes, Glenn Cooper retrouve Will Piper, lancé dans une palpitante course contre la montre pour résoudre les mystères des manuscrits de l’île de Wight… avant qu’il ne soit trop tard.

Mon Avis : Ici, Will Piper nous revient en 2026 quelques mois avant la date supposée de «la fin des temps ». Retraité et affaibli, il va devoir pourtant reprendre du service car qui mieux que lui pour faire une découverte des plus surprenantes. (mais je n’en dirais pas quoi…hihihi) On découvre Philip Piper, le fils de Will et de Nancy. Adolescent, il est totalement impliqué dans cette nouvelle affaire. Et au fil de l’histoire on constate une réelle évolution dans la relation qu’il entretien avec son père.

De nouveau l’auteur navigue entre plusieurs époques avec un rythme effréné qui va crescendo et avec bien entendu des rebondissements qui se succèdent.

Après Churchill, Truman, Shakespeare, Nostradamus, Calvin, la présence d’un personnage illustre n’est pas surprenante.(Surprise !)

Avec ce dernier opus de la trilogie, je clos la série Will Piper mais avec une petite déception. Bien que l’auteur nous fait toujours de très belles descriptions, qu’il nous épargne des redondances possibles pour un 3ème Tome et que le sujet soit intéressant car très plausible à bien des niveaux, je me suis un peu ennuyée. En effet, ce livre peut être lu sans même avoir lu les 2ers tomes, car il fait pour ainsi dire une combinaison des 2 volumes précédents et c’est là mon seul reproche. J’espérais être happer, j’en attendais davantage. Mais cela reste une très bonne lecture au final.

 

Le Testament de Judas


Éminent linguiste spécialisé dans l’étude de papyrus et de manuscrits araméens, Jack Gould est ce que l’on peut appeler un homme sans histoire. Jusqu’à sa rencontre avec Stefan Rosewicz – un énigmatique et richissime collectionneur de textes anciens -, qui lui demande des informations sur un fragment dont il ignorait jusqu’à l’existence.
Après un bref séjour chez Rosewicz, Gould se retrouve mêlé à d’étranges évènements : disparition de la fille du collectionneur, morts suspectes, menaces…
Quel est le lien entre ces drames ? Pourquoi Scotland Yard et les services secrets soviétiques s’intéressent-ils brusquement à Gould ? Qui est vraiment Stefan Rosewicz ? La découverte dans les archives russes d’un manuscrit qui, s’il était rendu public, anéantirait deux mille ans d’histoire chrétienne, pourrait bien fournir au docteur Gould un début de réponse.

Multiplicité des intrigues, des coups de théâtre, parfaite connaissance de l’histoire, écriture nerveuse et incisive… Un thriller brillant et captivant !

Testament

Mon Avis : Ici, il s’agit d’un thriller d’espionnage qui illustre très bien les connivences qui existent toujours d’ailleurs entre l’Église et certains mouvements politiques. L’auteur y propose une théorie sur Jésus-Christ en y mélangeant fiction, histoire, complot et trahison, mais au final rien de transcendant.

Pour ma part, j’ai trouvé beaucoup trop de longueur, l’histoire est bien documentée mais quelque peu décousue. Je suis allée jusqu’au bout de ma lecture en espérant découvrir une bonne accroche, mais ce ne fut pas le cas.

Il m’arrive rarement de m’ennuyer dans mes lectures, mais là je n’avais qu’une hâte, le terminer !

Je suis vraiment déçue car il y avait beaucoup d’éléments pour me plaire, mais pas ce petit truc pour être un coup de cœur. D’ici quelques jours, je pense même avoir oublier certains éléments de l’histoire.

L’Oeil de Pâques


L'oeil de pâques

 

Le centre du monde est à Calais entre les falaises de craie et le trou dans le Channel.Le centre du monde où passent des orbites de planètes bien humaines.
Pâques,beauté métisse venue d’Inde joue le rôle du soleil.Chacune lui tourne autour attiré par sa chaleur.Depuis la nuit des temps,ces planètes sont appelées à se percuter pour faire jaillir des gerbes de bonheur lilas.Et pour que ce bonheur advienne un crime doit être commis.

Mon avis : Un livre bien écrit, bien construit, mais il faut attendre quasiment le milieu du livre pour comprendre où l’auteur veut en venir. J’ai trouvé ça un peu dommage ! Il y a peu de personnages et je trouve que l’auteur n’a pas su en profiter pour développer davantage leur environnement. Certaines scènes sont décrites avec beaucoup de subtilité (scènes coquines aussi..) et c’est dans cela que je retrouve la plume de l’auteur, noir, drôle parfois et passionnant comme dans  » Le magasin des suicides ».

 

Le Livre des âmes


1947 : de mystérieux manuscrits sont retrouvés dans les ruines d’une abbaye de l’île de Wight. Winston Churchill demande au président Truman de les prendre en charge. Celui-ci fait construire dans le désert du Nevada une base top secrète destinée à les abriter et à les étudier. Son nom : Area 51.

2010 : Un manuscrit relié faisant partie de la même série fait surface à Londres, lors d’une vente aux enchères. Le club 2027, une association constituée d’anciens membres d’Area 51, engage Will Piper, ancien profiler du FBI, pour en percer les secrets. Celui-ci découvre, dissimulé dans l’ouvrage, un poème, écrit en 1581 par un de ses anciens propriétaires, William Shakespeare. Plus qu’un poème, c’est une véritable carte cryptée, relative au mystère des manuscrits. La résolution des énigmes qu’elle renferme nous transporte autour de l’année 1530, à Paris, où deux hommes commencent à faire parler d’eux, Jean Calvin et Michel de Nostradamus.

Nous retrouvons ici toute l’intensité et le sens incroyable de l’intrigue qui ont fait le succès du Livre des morts. Jeu érudit autant que thriller palpitant, Le Livre des âmes, traduit dans plus de 25 pays, a été salué par une critique unanime.

Mon avis : Après la lecture du « Livre des morts’ il y a quelques mois, j’avais déjà hâte de lire celui-ci.
On y retrouve certains personnages comme Will Piper, Nancy sa jeune coéquipière devenue depuis sa femme et leur enfant.

Dans cet opus, le passé rattrape Will Piper avec la disparition d’un livre. Mais pas n’importe lequel : Le Livre des âmes
Malgrè une retraite anticipé et à la demande d’Henri Spence, il part en quête du livre avant que des hommes du club 2027 ne mettent la main dessus. Avec un savant mélange du passé et du présent, on suit le parcours de ce fameux livre.

L’histoire est très bien construite, avec encore de très belles descriptions. Tout au long de l’histoire, on profite des connaissances de l’auteur diplômé en archéologie d’Harvard. Ainsi que de faits réels telle qu’une catastrophe ayant eu lieu en Chine en 1976.

J’ai été complètement transporté par le rythme haletant du roman. Dangers et suspense sont au rendez-vous…
Vivement le prochain..!!!

Prédateurs


Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les GI’s, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un soldat a été retrouvé pendu à des crocs de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant Frewin de la Police militaire et l’infirmière Ann Dawson dépêchée sur les lieux en sont convaincus : c’est l’œuvre d’un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu’il inflige. Malgré le déclanchement de l’offensive, les meurtres se poursuivent avec un raffinement croissant dans l’horreur. Frewin et Dawson orientent alors leur enquête vers la 3e section de la compagnie Raven, une poignée de durs qui forme un cercle très spécial…

 

 

Mon avis : J’ai mis du temps, mais voilà j’ai enfin terminé « Prédateurs » de Maxime Chattam.

Que dire ? Waouuuhh

A plusieurs reprises, j’ai pu lire sur le net des avis négatifs, mais cela ne m’a pas découragé malgré certains passages difficiles du roman. Je ne suis pas encore habituée à ce genre de lecture !!! hihihi Mais ce fut un très bon moment de lecture.

Ici l’auteur nous plonge dans les noirceurs de l’humanité. Il nous montre l’horreur, la barbarie et la cruauté dont l’homme est capable. Il pousse la monstruosité du criminel à l’insoutenable.

A la vue de tout ce qu’il se passe de nos jours, cela fait peur et réfléchir à la fois sur notre propre sort.

J’ai beaucoup aimé le dernier chapitre où le lieutenant Craig Frewin écrit une lettre à sa femme pour la dernière fois. Une lettre qui forcément nous oblige à se poser la question suivante :

L’homme n’a-t-il pas qu’un seul « Prédateur » ? Lui-même

Les Arcanes du Chaos


À vingt-sept ans, Yael mène la vie sans histoire d’une Parisienne célibataire.
Un soir, elle croit voir des ombres apparaître dans le miroir de son appartement. Puis le phénomène se reproduit. Ces  » ombres « , enfin, prennent contact avec elle par l’intermédiaire de son ordinateur et l’invitent à s’intéresser aux symboles et aux vérités cachées. Effrayée par ces manifestations surnaturelles, elle reçoit l’aide de Thomas, un journaliste canadien qu’elle vient de rencontrer.
Peu à peu, les Ombres guident Yael et Thomas vers la découverte de l’existence d’une histoire parallèle, de sociétés secrètes influençant le cours des événements, d’intérêts puissants capables de manipuler les hommes à leur guise. Mais ce savoir n’est pas sans danger…
Les deux jeunes gens sont bientôt pris en chasse par de mystérieux individus qui commencent par les intimider avant de tenter ouvertement de les assassiner. Yael et Thomas comprennent alors qu’ils sont au centre d’une lutte sans merci entre deux factions des Ombres…
Un terrible jeu de piste s’engage qui les mènera de Paris, dans les Alpes puis à New York.

Mon avis : Je viens de finir de lire mon 1er livre de Maxime Chattam et comment dire ? Je suis toute retournée.

Celui-ci commence par des évènements fantastiques comme des mouvements étranges dans le miroir ou encore des messages inexplicables. Au point où Yael, personnage central de l’histoire, se demande si elle ne tombe pas dans la folie.
Puis au fil de l’intrigue, on comprend que tout a une explication rationnelle. Ce sont les « Maîtres du Monde » qui tirent les ficelles d’une gigantesque manipulation.

Tout au long de l’histoire, Maxime Chattam s’appuie sur des faits réels, d’ailleurs il a du effectuer des recherches sur l’histoire géo-politique pour cela. Le roman est entrecoupé d’extraits du blog de Kamel Nasir. Un blog qui dénonce la manipulation des peuples, du pouvoir de l’argent et de l’appropriation de notre terre par ceux-même qui nous dirigent.

Ce savant mélange de fiction et de réalité m’a complétement hâppé. A prèsent je suis certaine de devenir une adepte, que dis-je, une « FAN » de Maxime Chattam. Un moment très très agréable de lecture.