Le livre des morts



New York, mai 2009. Six morts violentes se succèdent en quelques jours. Les modes opératoires sont différents, les victimes n’ont aucun point commun, hormis celui d’avoir reçu quelque temps plus tôt une carte postale de Las Vegas, avec une simple date,
celle du jour de leur mort.
Très vite, la presse s’empare de l’affaire et celui qu’elle surnomme le  » tueur de l’Apocalypse  » a tôt fait de semer la psychose dans la ville. Les autorités, désorientées par l’absence d’indices, se tournent vers Will Piper, ancien profileur d’élite dont la carrière a été brutalement interrompue à la suite d’un drame personnel.
Lorsque de nouvelles cibles reçoivent à leur tour des cartes postales leur indiquant le jour de leur mort, Will va tout mettre en œuvre pour empêcher le tueur d’agir à nouveau. Mais les noms des victimes sont déjà dans Le Livre des morts…


L’enquête de Will ne va pas tarder à prendre un tournant complètement imprévu pour le mener au cœur des secrets les mieux gardés du gouvernement américain. Une mission confidentielle de Churchill en 1947 auprès du président Truman, un monastère sur l’île de Wight, la zone 51 : autant de pièces d’un puzzle machiavélique que Will devra résoudre pour faire triompher la vérité.

Avec cet ouvrage à la construction remarquable et à l’intensité dramatique époustouflante, vendu à plus d’un million d’exemplaires et best-seller dans de nombreux pays européens, Glenn Cooper manipule le lecteur et nous offre un thriller envoûtant, idéal pour les amateurs de suspense et les passionnés d’histoire.


Mon Avis :
L’histoire est très bien construite, prenante et intrigante. J’ai beaucoup apprécié les détails sur les lieux, sur les ambiances, sur les morts et beaucoup d’autres choses encore. Il n’y en avait ni trop, ni pas assez, juste ce qu’il faut pour avoir le sentiment d’être dans le livres parmi les protagonistes. Mais j’avoue que cela rend aussi certains passages surprenants, désagréables (durs) parfois mais d’autant plus réels. Grâce à la qualité d’écriture de Glenn Cooper, il n’est pas difficile de passer d’une période de l’histoire à une autre. Certains chapitres se lisent très rapidement tellement nous sommes pris par le récit.


J’ai beaucoup aimé les passages de recherches archéologiques ainsi que les descriptions. Seul un chapitre m’a surprise, car il finit de manière brutale juste après un évènement important. On passe de celui-ci à un autre sans aucune transition.

Globalement ce fut une très très bonne lecture, malgré un départ qui ne m’a pas vraiment happé. Mais par la suite, je ne pouvais plus m’en détaché. C’est une très belle découverte pour moi, car je ne connaissais pas encore cet auteur. A présent j’ai hâte de lire la suite, he oui ce n’est que le 1er livre d’une trilogie !!! Mais je pense ne pas la lire dans l’immédiat.


DA VINCI CODE


«  Da Vinci Code est un livre envoûtant, idéal pour les passionnés d’histoire, les amateurs de conspirations, les mordus du mystère, pour tout ceux qui aiment les grands récits que l’on ne parvient pas à lâcher. J’ai adoré ce roman. »

De passage à Paris, Robert Langdon, professeur à Havard et spécialiste de symbologie, est appelé d’urgence au Louvre, en pleine nuit. Jacques Saunière, le conservateur en chef a été retrouvé assassiné au milieu de la Grande Galerie. Au côté du cadavre, la police a trouvé un message codé. Langdon et Sophie Neveu, une brillante cryptographe membre de la police, tentent de le résoudre. Ils sont stupéfaits lorsque les premiers indices le conduisent à l’oeuvre de Léonard de Vinci. Ils découvrent également que Saunière était membre du Prieuré de Sion, une société secrète dont avaient fait partie Nexton, Boticelli, Léonardo da Vinci, Victor Hugo, et qu’il protégeait un secret millénaire. L’enquête de nos deux héros les entraînera à travers la France et le Royaume-Uni, non seulement pour chercher une vérité longtemps cachée concernant la Chrétienté, mais également pour échapper à ceux qui voudraient s’emparer du secret. Pour réussir, il leur faut résoudre de nombreuses énigmes, et vite, sinon le secret risque d’être perdu à tout jamais.

Mon Avis : Ici, je ne vais pas expliquer l’histoire, ni détailler les noms et les rôles des personnages. Beaucoup d’entre nous connaissent déjà pour avoir vu le film !!!

De lire le livre après avoir vu le film m’a permis de mieux m’attarder sur certains détails. De pouvoir faire un travail de recherche sur certains mots, sur des personnages, des œuvres et sur le Prieuré de Sion. En ce qui concerne « l’Opus Deï », j’ai lu un livre à son sujet, il y a déjà un certain temps. Je n’ai pas eu donc à faire de recherches.

J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur avec de très belles descriptions et de mises en scènes. On y retrouve facilement les images du film, tellement c’est bien détaillé.

Par contre, il y a une lenteur au début qui m’a un peu ennuyé. Mais par la suite tout s’accélère et là je ne pouvais plus me détacher du livre. Happée par celui-ci plus que par le film, elle restera une belle lecture, très enrichissante aussi.

C’est aussi pour moi, une première lecture commune et j’avoue que cela m’a vraiment plu.

De pouvoir partager nos impressions, nos avis tout au long de l’histoire est intéressant et plaisant. je pense réitérer l’expérience très prochainement.

a Vinci Code est un livre envoûtant, idéal pour les passionnés d’histoire, les amateurs de conspirations, les m

L’oeuvre du Mal


Ne le dis à personne… Lorsqu’elle découvre ces mots, tracés dans la neige devant chez elle, Léah Kurtz sent un froid glacial s’emparer d’elle. Car elle fait immédiatement le lien avec l’atroce découverte de ce matin : pendant la nuit, sa fille adoptive, Becca, qui lui a été confiée par sa meilleure amie mourante, a été enlevée dans son berceau et remplacée par un autre bébé…
Malgré l’avertissement contenu dans le message, Léah se confie à Mark Morelli, le médecin dont elle est l’assistante. La jeune femme craint en effet le pire, plusieurs enfants des environs ayant été retrouvés à demi inconscients, avec sur les bras des traces de piqûres pratiquées à leur insu. Et si la disparition de sa petite fille était liée à ces inquiétants agissements? Torturée par l’angoisse de ne jamais revoir Becca, Léah, avec l’aide de Mark, se lance dans une quête désespérée pour la retrouver. Et pour arrêter le mal à l’œuvre autour d’eux…

 

Mon Avis : Ce roman est un bon suspens que j’ai apprécié et c’est aussi une belle découverte du peuple Amish.

L’auteur y décrit leur mode de vie, leur culture, la maladie génétique du vieillissement et la consanguinité.

Mark, un médecin chercheur des maladies orphelines, s’installe dans l’Ohio et y ouvre son propre cabinet de pédiatrie et son laboratoire. L’argent n’est en aucun cas son but, il cherche seulement à comprendre cette maladie et comment la combattre.

Léah, une institutrice, célibataire, mais surtout une « Amish » issue de ce peuple et connaissant ses traditions, servira d’intermédiaire au médecin pendant ses recherches.

Malgré les interdits de la communauté, Léah éprouve des sentiments pour le généticien. Mais elle saura mettre de côté ses sentiments pour pouvoir sauver cet enfant qui lui a été confié par sa meilleure amie mourante.

Le suspens, d’un bébé échangé, des menaces de morts écrites avec du sang animal, des personnes qui disparaissent, du sang prélevé sur des patients après les avoir drogués, est simple et palpitant.

L’écriture est fluide et simple aussi. Le petit plus : Il y a beaucoup d’émotion et de sensibilité.

J’ai bien aimé tout simplement.

For Ever


Dans quelques jours, Regan Reilly dira «Oui» à Jack, son fiancé, chef de la Brigade des enquêtes spéciales.
Pour l’occasion, la célèbre détective privée doit être habillée par deux célèbres stylistes new-yorkais.
Mais leur atelier est cambriolé, sa robe, envolée ! Il ne lui reste plus qu’à prendre l’enquête en main.
Au même moment, Jack est chargé de résoudre une série de hold-up qui sème la panique dans le monde des banquiers. Sans se douter que les deux affaires, dangereusement liées, risquent de compromettre leur mariage…

Mon avis : La trame de base est intéressante et promet une histoire pleine de rebondissements. Mais au fil des pages, on devine la suite grâce aux détails que l’auteure sèment. Ce qui diminue l’effet de surprise.
Seul le suspens demeure sur ce que vont faire les voleurs et comment se feront-ils attrapés,

Ce livre est sympa à lire, on ne s’ennuie pas et il se lit rapidement.

Mais ce qui m’a le plus gêné pour ce premier livre que je lis de Carol Higgins Clark, c’est que l’intrigue est quasi inexistante. Je trouve ça vraiment dommage. Cela reste malgré tout, une bonne lecture.

 

Je devais lire ce livre plus tôt en Janvier, mais le livre précédent s’est glissé dans ma PAL. D’où ce retard pour poster ce billet 😉

 

Bella Vista


 

Qui n’a jamais rêvé de partager une petite copropriété avec ses amis ? C’est l’expérience que va tenter Bertrand, un jeune rocker havrais, qui emménage à Bella Vista, une jolie maison de maître, dominant l’estuaire de la Seine. Très vite cependant, le mythe de la copropriété conviviale s’effondre car à Bella Vista, les murs ont des oreilles et les secrets sont vite éventés. Louise Balem nous livre un récit alerte qui débute comme un conte de fées et se transforme rapidement en cauchemar.
Mon Avis : J’ai lu ce livre jusqu’au bout, mais j’avoue m’être ennuyer.
Très bien écrit, mais sans grand intérêt pour ma part. Je ne le conseillerais pas à une amie, mais bien entendu, ce n’est que mon avis personnel.

 

Darling Lilly


Brillant scientifique, chef d’entreprise, le Californien Henry Pierce se sépare de sa petite amie. Il change d’appartement et de numéro de téléphone, mais reçoit désormais des appels étranges. Ces hommes veulent parler à Lilly, une call-girl. L’affaire prend un vilain tour lorsque Henry est tabassé par deux voyous. Qui se cache derrière cette histoire et pourquoi lui en veut-on à ce point ?
Mon avis : Je trouve ce roman bien construit avec une belle intrigue dès les premières pages.

Henry Pierce mène une investigation tel un détective pour découvrir qui est Lilly, sans se douter que son parcours sera semer d’embûches. Un sentiment de culpabilité le pousse à mêler son passé avec le présent.

L’auteur a su rendre réaliste le milieu dans lequel ses personnages évoluent grâce à certains détails. Dans ce roman, il est aussi question de recherche pour remplacer le silicium par des molécules organiques. Ce qui permettra de construire des ordinateurs moins coûteux et beaucoup plus puissants. Dans un épilogue, l’auteur précise que ces recherches ont réellement lieu (au moment de l’écriture de ce livre) et trouveront même des applications dans le domaine médical.

C’est un polar classique, parfois un peu trop scientifique mais très bien écrit et agréable à lire.
Par contre, j’ai failli décrocher lorsque l’auteur pousse l’enquête dans les moindres détails. Trop de longueurs installent l’ennui. Mais dans l’ensemble, cela reste une très bonne lecture

 

Coups sur Coups


La perte brutale d’une amie proche tuée par un chauffard non identifié plonge Jo Faraday dans une peine indicible. Sensible et grand amateur d’oiseaux, l’inspecteur de Portsmouth, toujours aussi tenace, doit de nouveau faire face à la solitude, aux enquêtes qui s’enchevêtrent, mais aussi à la fronde de ses subordonnés : une inspectrice rétive défend rageusement un violeur que tout accuse ; un flic obsessionnel qui se joue des usages et des lois fait subir à un médecin une traque sans pitié. Quel est donc ce monde aux règles éclatées ? Comment s’y retrouver et garder l’équilibre entre justice et vérité ? Entre présomption d’innocence, intime conviction et violence des faits ?

Mon avis : Encore un livre où je n’ai pas du tout accrocher à l’histoire. Sans grand intérêt à mon goût, je n’ai d’ailleurs pas lu le livre en entier.

 

No et Moi


Elle avait l’air si jeune. En même temps il m’avait semblé qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur.
D. V.

Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes. Jusqu’au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l’errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin.
Mais nul n’est à l’abri…

Mon avis : Très belle histoire et bien construite aussi, ce livre très touchant et plein d’humanité se lit vite. Je me suis beaucoup attachée au personnage de Lou et à plusieurs reprises les larmes me sont venues. J’ai beaucoup aimé et je le conseille fortement

LES RAVAGES DE LA NUIT


 

La nuit, parfois, dans les canyons de Californie, certains camionneurs transportent des trucs bizarres : les déchets empoisonnés de la technologie. On a intérêt à ne pas trop s’approcher des décharges où ils les déversent. Car il n’y a pas que les revolvers qui tuent.

Mon avis : Ambiance particulière et lugubre. Je l’ai lu jusqu’au bout, mais sans un réel intérêt.