SANS FOI NI LOI


La beauté peut être une malédiction ; la foi une prison. Seul l’amour peut vous délivrer

Chaque jour, Kyler Willis savoure la liberté des grands espaces sur sa moto, boit sans limite, et s’envoie en l’air avec les femmes les plus sexy. Désormais vice-président d’un gang des Hades Hangmen, il ne se prive de rien… jusqu’à ce qu’une blonde torride entre dans sa vie. Celle que son club et lui ont récemment tirée d’une secte sordide. Chargé de s’occuper d’elle, il s’aperçoit qu’outre un corps de rêve, elle serait peut-être la seule à pouvoir lui offrir l’impossible : un amour inconditionnel. Mais le nouveau prophète qui guide la secte est bien décidé à ne pas abandonner la jeune femme aussi vite.

**********

**********

Voilà quelques mois que j’ai lu le Tome 1 « HORS-LA-LOI » de la série Hades Hangmen de Tillier Cole et c’est avec une grande impatience que j’avais hâte de lire la suite. Voilà chose faite !

Comme avec le Tome 1, je précise que ce livre ne peut pas être lu de tous. Il y a certains actes commis au sein de la secte qui peuvent heurter certain(e)s d’entre vous. Mais pas que…

Ici l’on retrouve Maé et Styx, mais il est davantage question des personnages de Kyler, le vice-président du club des bikers, amis très proches de Styx et Lila, la soeur de Maé. Lila est totalement sous l’emprise de la secte. Elle voue un amour éternel à son prophète et seul son Dieu pourra la sauver de la tentation. Aujourd’hui sortie de la domination de cette secte, elle est pourtant convaincue de ne pas être en sécurité. Elle pense même que le comportement de Maé envers Styx est inconcevable selon les enseignements reçus des gourous.

De son côté, Maddie, l’autre soeur de Maé, tente de soutenir Lila tout en s’adaptant à cette nouvelle vie auprès des Bikers. Le flingue, le meurtre, l’alcool et le sexe rythment la vie de ces derniers mais effraient Lila. Quant à Ky, beau gosse, il profite de cette vie. Jusqu’au moment où il rencontre Lila. Chargé de s’occuper d’elle, de lui apprendre à revenir à la vie, à lui redonner confiance, il change totalement. Ils vont partager des moments qui feront de lui, un tout autre homme, un homme amoureux !

Si avec le Tome 1, j’ai été totalement captivée dès le départ, j’ai eu un peu plus de mal avec celui-ci. Le personnage de Lila est intéressant, il nous donne envie de comprendre ce qui se passe dans sa tête. Pourquoi cette jeune amish tient-elle à retrouver sa communauté malgré les horreurs qu’elle y a subies ? Pourquoi ne veut-elle pas de cette vie auprès de ses soeurs en toute sécurité ? Grâce à son comportement inadmissible, on comprend que le pouvoir des gourous est monstrueux au point même de pousser ses disciples à admettre normaux des sévices de toutes sortes. Mais j’avoue ne pas m’être attachée à elle malgré son vécu. À l’inverse, j’ai beaucoup plus apprécié le personnage de Ky. Il ne savait pas ce que voulait dire aimer et il le découvre avec Lila. Il se dévoue totalement à elle et c’est ensemble qu’ils vont découvrir l’amour, le vrai.

J’ai adoré le Tome 1, mais j’avoue que celui-ci m’a beaucoup moins transcendé. Les héroïnes ne sont pas épargnées et l’univers est sombre, noir. L’histoire est très bien menée et j’ai bien aimé où l’auteure m’a dirigé, mais par contre il y a énormément de répétitions. Il y en a autant sur les mots que sur les sentiments des personnages et cela m’a gêné. À présent j’ai hâte de retrouver le prophète Caïn et de lire le Tome 3 car j’avoue que c’est un univers que j’aime beaucoup !

Ci-gît mon cœur


Dans une langue foisonnante, Marc Alexandre Oho Bambe offre son cœur et invite à réapprendre à vivre aux éclats, garder le cap de la belle espérance et faire place à la beauté dans nos ténèbres. Toute la place, à la beauté.

Nourri de réflexions sur l’’existence et sur l’’acte d’’écrire, Ci-gît mon cœur le nouveau recueil de Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre est une parole rescapée de tous les génocides et de toutes les détresses dont nos jours se tissent parfois. Un chant bleu, d’orage et d’’espérance, d’’amour et de liberté.

**********

cvt_Ci-git-mon-coeur_2290

Ci-gît mon cœur

Marc Alexandre Oho Mambe

Tous les livres Babélio

**********

Mon avis : Avec un brin de curiosité et beaucoup de chance, j’ai eu le plaisir de recevoir « Ci-gît mon cœur » grâce à la Masse Critique Babélio. Je les remercie, ainsi que Les Éditions La Cheminante.

Sous forme de recueil de poésie, l’auteur nous invite à découvrir ce que l’absence d’humanité peut engendrer. Les ravages, les horreurs, les tueries de certaines populations parce qu’elles ne sont tout simplement pas de la même couleur de peau ou n’ont pas la même religion. D’une plume habile, poétique et rythmée telle du Slam, Marc Alexandre Oho Bambe ose parler des génocides. Et même si dénoncer tant d’horreur en poésie peut sembler provocateur, l’auteur a très bien réussi en dédiant cette ode à l’humanité, la fraternité, l’amour et la paix.

Il est rare que cela m’arrive, mais j’avoue que ce texte poétique, triste et mélancolique, m’a donné des frissons et a même réussi à me tirer quelques larmes.

Il est difficile de vous en dire plus sans spoiler. Alors je vous propose de découvrir un de mes extraits favoris.

 « Ce poème est une lame
Une arme miraculeuse
Pour tailler dans le vif
Des flûtes de promesses
Dans le sourire des enfants
Ni Hutu ni Tutsi
Ni Blancs ni Noirs
Ni Turcs ni Arméniens
Ni Juifs ni Allemands
Juste humains profondément
Liés par l’innocence
De l’enfance »

Une agréable lecture que j’aurais sincèrement aimé plus longue et que je vous conseille vivement !

Et si vous souhaitez plus d’infos ou tout simplement papoter lecture, n’hésitez pas à laisser un commentaire tout en bas de cette page 😉

Merci pour votre visite et bonne lecture !

La nuit de feu


À vingt-huit ans, Eric-Emmanuel Schmitt entreprend une randonnée dans le grand sud algérien. Au cours de l’expédition, il perd de vue ses compagnons et s’égare dans l’immensité du Hoggar. Sans eau ni vivres durant dans la nuit glaciale du désert, il n’éprouve nulle peur mais sent au contraire se soulever en lui une force brûlante. Poussière d’étoiles dans l’infini, le philosophe rationaliste voit s’ébranler toutes ses certitudes. Un sentiment de paix, de bonheur, d’éternité l’envahit. Ce feu, pourquoi ne pas le nommer Dieu ?
Cette nuit de feu – ainsi que Pascal nommait sa nuit mystique –, Eric Emmanuel Schmitt la raconte pour la première fois, dévoilant au fil d’un fascinant voyage intérieur son intimité spirituelle et l’expérience miraculeuse qui a transformé sa vie d’homme et d’écrivain. Les chemins qu’il trace ici sont inscrits en chacun de nous.

La nuit de feu 2

 

Mon avis : Pour avoir déjà lu Eric-Emmanuel Schmitt avec Lorsque j’étais une oeuvre d’art que j’avais beaucoup aimé,  je ne vous raconte pas mon bonheur de recevoir celui-ci en cadeau d’anniversaire par mon chéri. Aussi je n’ai pas attendu très longtemps pour le lire 🙂

« La nuit de feu » est un récit autobiographique que l’auteur a mis quasiment 30 ans pour pouvoir l’écrire. Sans aucune prétention et de désir d’affirmer ou infirmer ce qui est, E.E schmitt partage son expérience longtemps cachée. Il lui a été difficile de mettre des mots sur cette expérience vécue lors d’une expédition dans le désert du grand sud Algérien, plus précisément à Tamanrasset. Parti là-bas avec une équipe pour un projet cinématographique, il était loin d’imaginer que ce voyage serait une révélation et le transformerait pour le restant de sa vie. D’autant que celui-ci n’avait aucune croyance et était agnostique.

Perdu dans l’immensité du « Hoggar » lors de cette excursion, il se retrouve seul face à lui-même sans eau ni même de protection. Les heures passent, la nuit tombe et son seul but est de se protéger. Alors les grains de sable lui serviront de lit. Il attend patiemment la mort qui seule pourra le libérer de cette nuit glaciale. Pourtant l’impensable se passe.  Il nous explique qu’une force venue d’il ne sait où, l’ envahit, le rassure, l’embrasse. Il est un tout au milieu de nulle part mais pourtant il a confiance et il se délecte de ce bonheur outrancier. Cette nuit-là changera sa vie à jamais. De ce voyage il aura beaucoup appris sur lui-même et sur la relation qu’il peut avoir avec les autres. S’il était « agnostique », cette expérience a modifié son regard et à présent il sait se remettre en question.

Tout au long du roman on se pose des tas de questions comme sur le fait d’appartenir à une religion selon notre lieu de naissance. Être musulman ou chrétien ? Athéiste ou agnostique pour être moderne ? Ou encore peut-on faire confiance à la science ? La liste est longue, mais la question la plus importante pour l’auteur concerne notre « Ouverture d’esprit ». Puis il y a les personnages secondaires, tous différents mais qui apportent un plus au message de l’auteur. L’un est matérialiste, l’autre très terre à terre, puis la catho et les scientifiques qui tentent de tout expliquer par la science.

Il y a énormément de choses à dire sur ce livre. Mais seul notre point de vue peut diverger selon notre perception du récit. Pour ma part, ce fut un délice que je vous conseille de savourer. Seul petit, mais petit bémol, dommage qu’il soit si court !